René-Jean Anderson ; L’Harmattan ; 2010.

Parce qu’il n’entendait plus, René-Jean Anderson, se mit, un jour, à écrire. Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique mensuelle dans un petit journal du monde de la surdité. Une chronique qui s’appelait « Style libre ». Un jour, il rassembla une partie de ses écrits et en fit un recueil qu’il appela « le Stylibroscope ». Une série de textes courts, drôles, philosophiques, mécontents, rebelles, fatalistes…

Posted in livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *