2014-SO Octobre

 

  

 

octobre 2014

N° 376 

 

 

« L’homme jeune marche plus vite que l’ancien… Mais l’ancien connaît la route !»

 

(un vieux sage…)

 

Sommaire :

mot de notre présidente

-forum Bucodes SurdiFrance

-accessibilité

– témoignage

-initiation smartphone

-en bref

-prochaines réunions

 

 

Chers adhérents et amis fidèles de notre association,

Nous avons passé un été pluvieux et pas très chaud et nous aurons toujours plaisir à nous retrouver.

Nous essayerons de vous apporter informations et distractions par des rencontres et sorties pour garder confiance en nous.

Je ressens toujours de l’émotion et du respect pour nos adhérents qui depuis dix, quinze, vingt ans et plus pour certains, nous restent fidèles. Je les embrasse de tout cœur, surtout ceux et celles qui ne peuvent plus se déplacer.

Grand merci à tous nos bénévoles qui nous entourent

 

Simone DUROUX, présidente

 

 

Forum « Ensemble pour mieux entendre »du Bucodes SurdiFrance

 

Une journée d’informations, de rencontres et d’échanges autour des problématiques particulières des personnes malentendantes se tiendra le samedi 27 septembre 2014 à la Résidence Internationale de Paris.

Organisée par les associations du Bucodes SurdiFrance, elle proposera, en entrée libre et tout au long de la journée, conférences, débats, ateliers, spectacles, tables rondes et stands afin de sensibiliser et d’informer le public aux enjeux de la perte d’audition.

Plusieurs dispositifs faciliteront l’accessibilité auditive : boucles à induction magnétique, transcription simultanée, mise à disposition de casques HF.

Lieu : Résidence internationale de Paris, 44 rue Louis Lumière, 75020 Paris.

Renseignements : Bucodes SurdiFrance, Maison des associations, 15 passage Ramey, 75018 Paris.

Té1. et Fax : 09 54 44 I3 57. Courriel : contact@surdifrance.org Site : www.surdifrance.org

 

 

Commissions d’Accessibilité

Après les élections municipales d’avril 2014, le travail des commissions d’accessibilité a repris.

Réunion de la CCA (commission communale d’Accessibilité) : elle s’est déroulée le 24 juin 2014, à l’Hôtel de ville de Lyon. Madame Thérèse RABATEL, adjoint au maire de Lyon, déléguée à l’égalité femmes hommes et aux personnes en situation de handicap, poursuit son travail sur le même poste et anime la réunion sur deux points :

le gouvernement a pris acte que les objectifs de mise en accessibilité prévue par la loi du 11 février 2005 ne seront pas atteints en janvier 2015. Il a donc mis en place les AD’AP, agenda d’accessibilité programmée. Tout en visant l’accessibilité de tous les ERP (établissements recevant du public), il recule le délai de trois ou six ans selon les établissements. Au 1er janvier 2015, ce sont les villes qui devraient faire les AD’AP pour chaque établissement. Un vrai travail de concertation devra être mis en place avec les associations.

L’action des bibliothèques municipales pour les personnes en situation de handicap :

accessibilité : un travail est mené dans 15 bibliothèques de la ville pour rendre accessible les bâtiments, les collections, les animations (acquisition d’ouvrages en gros caractères, en braille, étiquetage particulier et mise en avant des DVD sous-titrés pour sourds et malentendants).

espace numérique : six bibliothèques sont équipées pour accueillir des personnes en situation de handicap, Part Dieu, 4ème Croix Rousse, 5ème Point du Jour,7ème Jean Macé, 8ème Bachut et 9ème la Duchère ainsi que Vaise. Elles proposent une initiation, individuelle ou collective, à l’aide de logiciels adaptés sur ordinateur ou tablette.

 

Réunion de la CIA (commission Intercommunale d’Accessibilité) : la dernière réunion eut lieu le 30 juin 2014 à l’Hôtel de la Communauté. Madame Laurence LIANZON a repris son travail sur le même poste. Après la présentation de quelques nouveaux membres de cette commission, elle évoqua les différents projets en cours et à venir

Nicole LEITIENNE

 

 

Ni sourds, ni entendants, qui sont les malentendants ?

 

« Les personnes qui ne connaissent pas la surdité confondent souvent les termes de « sourd » et de « malentendant ». Parfois, par peur de blesser ou en raison d’un prétendu « politiquement correct », elles utilisent l’expression malentendant à la place de sourd.

Les personnes qui connaissent assez bien la surdité savent que ce sont deux réalités bien distinctes ; qu’une personne sourde est très différente d’une personne malentendante.

Les sourds de naissance ont le sentiment d’appartenance à une communauté culturelle : ils partagent une langue (LSF), une histoire, des habitudes ou une vision du monde.

Les personnes malentendantes ou « devenues sourdes » maîtrisent l’écrit comme les entendants et cherchent à avoir un réel degré d’intégration au monde des entendants. La prothèse auditive en est le symbole.

Ces personnes se sont construites à partir du langage oral, elles appartiennent culturellement au monde des entendants. Elles pensent : « Entendre fait partie de ces choses essentielles qui pour un être humain sont à la fois un plaisir et un devoir ». Leur déficit d’audition les exclut, subitement ou progressivement, du monde dans lequel elles se sont construites. Elles ont des difficultés pour entendre mais également pour se faire entendre ! D’où l’importance des solutions d’appareillage : prothèse, implant cochléaire, apprentissage ou amélioration de la lecture labiale……….

 

Extrait de la brochure « Ni sourds, ni entendants, qui sont les malentendants »

de l’APEDAF, Association de Parents d’Enfants Déficients Auditifs Francophones

 

Témoignage :

Mon médecin a eu du mal à « entendre » que je changeais, que mon audition baissait. Je devais lui demander de plus en plus souvent de répéter. Jusqu’au jour où je lui ai écrit un document sur lequel je lui ai visualisé ce que c’était que : entendre, ne pas entendre, mal-entendre.

Il l’a très bien pris et depuis, il fait attention. Le voici :

Entendre, c’est comme ça :

« Ma vie est monotone, je chasse les poules, les hommes me chassent, toutes les poules se ressemblent et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaitrais un bruit de pas différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien… ».

Pour un sourd, c’est comme ça :

 »

Malentendre, c’est plutôt comme ça :

« Ma ie est monotone, je chasse les poules, les zombres me chassent, doudes les poules se ressemblent et dous les zonnes se ressemblent. Je m’envuie donc un peu. Mais si tu m’abbrivoises, navie sera comme ensolyéyé. Je connaidraisunbruit de bas différent de t lesautres. Lesautresbas e fontrendrersousterre. Le tien … ».

 

 

Initiation au smartphone

Notre adhérent Maxime, gérant de notre site internet, est volontaire pour réaliser une ou plusieurs séances dans notre local, d’initiation et de découverte du smartphone :

1) Première prise en main, les notions basiques.

2) Qu’est-ce qui ce cache derrière le terme ANDROID ?

3) Prendre une photo, un film

4) Envoyer un SMS, MMS (transmettre photo, vidéo, audio)

5) Utiliser une application simple de « text to speech » (lecture auditive) pour les personnes ayant des troubles de la parole, afin de communiquer dans toutes situations.

 

Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas demander des précisions, de quelque manière que ce soit.

  

En Bref

– L’Etat autorise, à la vente en pharmacie, des assistants d’écoute. Ces appareils d’aide auditive sont trois à six fois moins chers que les prothèses auditives, mais ne les remplacent pas dans les cas de pertes auditives importantes car ils sont préréglés d’une puissance maximale de 20 décibels. Il ne s’agit donc pas de prothèses auditives qu’un audioprothésiste règle en fonction de la perte d’audition et pour lesquelles une prescription médicale est nécessaire. Les assistants d’écoute sont envisagés, quand, avec l’âge, l’audition décline et entraîne une gêne auditive légère, ce qu’on appelle la presbyacousie. Ils ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale.

 

– Rappel et complément :

SSSMR – Service Social des Sourds et Malentendants du Rhône

11 impasse des Jardins

69009 LYON

Patricia ROQUES, assistante sociale

Permanence sans rendez-vous: lundi de 9h à 12h et mercredi de 13h30 à 16h30

En dehors de ces temps, possibilité d’obtenir un rendez-vous

Tél/Fax : 04 78 47 73 15 + répondeur

Courriel : service-social.sourds@foyerclairefontaine.com

 

double handicap : une personne ayant un double handicap (DMLA + surdité, par exemple) bénéficie d’une prise en charge totale par la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) de son appareil auditif. Il faut bien sûr un certificat médical de l’ophtalmo précisant sa vision restante. Un arrêté du 25 août 2004 précise les montants maxima pris en charge : de 900 à 1400 euros selon la classe de l’appareil (de classe A à la classe D).

 

La Fédération nationale pour l’Insertion des personnes Sourdes et des personnes Aveugles en France (FISAF) tiendra son 37e congrès à Lyon, les 12,13 et 14 novembre sur le thème suivant : Entre complexité et limites, quelles perspectives pour l’accompagnement des personnes avec handicaps associés ?

Lieu : Palais des congrès, 50 quai Charles de Gaulle, 69006 Lyon

Renseignements : FISAF, 12 rue Alfred de Musset, Ambarès, 33565 Carbon Blanc Cedex.

Site : www.fisaf.asso.fr

 

Prochaines réunions

– le samedi 20 septembre, accueil de rentrée au local

-le samedi 18 octobre, nous aurons le plaisir d’accueillir M. Jean STANKO, ancien audioprothésiste à Tassin la Demi Lune, actuel président de la JNA (association Journée Nationale de l’Audition) : intervention dans laquelle il nous fera profiter de sa grande expérience. Nous vous espérons nombreux.

 

PROCHAINES REUNIONS : les samedis suivants à 14h30

18 octobre: conférence de M. STANKO (voir ci-dessus)

15 novembre : visite culturelle (à préciser)

Prochaines permanences des lundis 14h à 16h : 6 octobre, 3 novembre, 1er décembre

 

Posted in Sourde Oreille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.