2014-SO Novembre

 

 

 

novembre 2014

 

N° 377 

 

 

« Là où la volonté est grande, les difficultés diminuent»

(Nicolas Machiavel, 1469-1527)

 

 

Sommaire :

 

p.1 : –sourds et malentendants à l’hôpital

p.2 : –trophées de la solidarité

        –séminaire handicap et transports

p.3 : –en bref

p.4 : –retour sur la sortie de juin

          prochaines réunions

 

 

 

 

 

 

Accueil sourds et malentendants à l’hôpital

 

Par une réunion à l’ARS-Rhône-Alpes (Agence Régionale de Santé), nous avons eu confirmation de l’ouverture de deux plateformes d’accueil et de soins pour les personnes sourdes ou malentendantes.

 

L’une ouvre le 13 octobre 2014, à l’hôpital Édouard Herriot. Cette unité d’accueil pour sourds et malentendants est située au cœur de la CLIMA (Clinique de Médecine Ambulatoire – Pavillon R) et permet des consultations avec un médecin généraliste ou spécialiste (dans certaines spécialités).

 

On peut prendre rendez-vous par mail à l’adresse : heh.consultation-sourds@chu-lyon.fr

ou par SMS au 07 84 00 05 60 (rdv oraux possibles)

 

L’autre ouvrira début décembre au CMP (Centre Médico Psychologique) 51 ter, rue de Saint-Cyr à Vaise (Lyon 9ème), pour des consultations psychologiques.

 

Les deux plateformes emploient des médecins, aide-soignante, secrétaire…pratiquant la LSF et sensibilisés aux difficultés des malentendants. Il est également prévu de faire échange de compétences : un médecin généraliste ira à Saint-Cyr, un psychiatre à la CLIMA, deux fois par mois.

 

(Notez que ce ne sont pas des consultations d’urgence).

 

Une avancée importante !

 

Nicole Leitienne

 

 

 

 

Trophées de la solidarité

 

Les Trophées Solidarité Hommes et Territoires sont un concours organisé par la Banque Populaire Loire & Lyonnais afin de promouvoir et récompenser les associations ayant une action et un projet solidaire sur le territoire des départements de la Loire et du Rhône.

 

A l’initiative de Chantal, l’une des nos adhérentes, nous avions décidé de participer. La première étape fut la constitution d’un dossier présentant l’association et un projet solidaire. Sur les 90 associations qui se sont portées candidates, vingt dont l’ALDSM ont d’abord été retenues.

 

Pour les départager, la Banque Populaire Loire & Lyonnais les a conviées à une soirée le mardi 23 septembre, où chacune d’elles devait être présentée devant un jury. Nous étions quatre ce soir-là, Chantal, son mari Philippe, Rachel et Nicole pour faire valoir l’ALDSM. Comme pour chaque association, nous avons présenté en trois minutes chrono, les objectifs, les actions et le projet de l’ALDSM : la constitution d’un fonds documentaire culturel (livres, jeux, DVD…), permettant la discussion et l’échange entre les adhérent(e)s de l’Association, et ayant pour objectif de rompre l’isolement auquel les difficultés de communication condamnent trop souvent la personne atteinte de surdité. Dans le même temps, une présentation de chaque association était projetée sur trois écrans (un frontal, deux latéraux) permettant aux personnes assises dans la salle, d’en connaitre le nom, l’objet et le projet.

 

Après la présentation des 20 associations, nous avons été tous conviés à un délicieux buffet-cocktail. Pendant ce temps-là, le jury délibérait et décidait de retenir l’ALDSM parmi les dix associations choisies pour passer l’épreuve du dernier jury. En effet, depuis le 25 septembre, les collaborateurs et les associés mutualistes de la Banque Populaire Loire & Lyonnais votent par internet sur le site de la Banque Populaire, afin de retenir trois associations parmi celles-ci. Si vous êtes clients de La banque Populaire, votez pour l’ALDSM en vous connectant sur le site internet du concours : http://bp2l-trophees.fr/

 

Enfin le 15 décembre prochain, l’ALDSM sera conviée à la soirée de remise des « Trophées SOLIDARITE » qui aura lieu dans les salons de la Préfecture, et à ce moment-là, nous saurons si notre Association a été promue.

 

A suivre, donc !

 

Chantal et Rachel

 

 

 

 

 

Séminaire à l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux)

 

Le 23 septembre, j’étais convié à l’IFSTTAR pour un séminaire qui avait pour sujet les inégalités de mobilité des personnes handicapées en recherche de logement.

 

Une enquête, réalisée pour partie par Gwenaëlle RATON auprès de certains de nos adhérents, avait permis à 57 personnes en situation de handicap de s’exprimer. Ce panel comportait des personnes à mobilité réduite (PMR), à handicap intellectuel ou psychique, ainsi que des déficients visuels ou auditifs.

 

Les principales problématiques de cette enquête étaient :

 

– les contraintes pesant sur le choix résidentiel des personnes handicapées sont-elles pénalisantes pour se rapprocher d’un transport accessible ?

 

– quel est le poids de l’offre de transport lors du choix de la localisation résidentielle ?

 

Principal souci des personnes handicapées : les facilités de transports en commun dans leur environnement immédiat, ce qui se conçoit parfaitement pour les PMR. Et à un degré différent pour les handicapés mentaux ou visuels. On pourrait penser que le problème n’existe pas pour les déficients auditifs, mais ce serait évacuer un peu vite le sujet lorsque ces derniers cumulent différents handicaps.

 

Pour les malentendants, le problème de la recherche d’un logement commence dès le recours obligé à un aidant pour les contacts téléphoniques avec les agences immobilières d’où risque d’insatisfaction en cas de retranscription des informations ainsi obtenues. L’envoi direct d’e-mail à une agence n’est souvent suivi d’aucune réponse. Et si l’on obtient un rendez-vous pour une visite, il arrive qu’elle se fasse avec plusieurs autres candidats.

 

Ensuite, besoin d’adaptation : luminosité, alarmes lumineuses, espaces ouverts permettant la communication). A l’extérieur : proximité d’un pôle d’échange : métro, tram, bus… et des commerces de proximité.

 

Une anecdote pour illustrer les difficultés des déficients auditifs lors de leurs déplacements et de leurs relations avec le monde entendant. A mon arrivée à l’entrée du parc d’entreprises où se trouvait l’IFSTTAR, j’ai dû sonner à un interphone. À la personne qui a répondu, j’ai expliqué la raison de ma venue, ainsi que le fait que j’étais malentendant. S’en est suivi un déluge de paroles auxquelles je ne comprenais rien. J’ai eu beau répéter que je ne comprenais pas parce que j’avais besoin de lire sur les lèvres pour comprendre, rien n’y a fait. De guerre lasse j’ai laissé tomber et j’ai attendu la venue d’une personne venant prendre son travail et qui a bien voulu me laisser entrer avec elle après que je lui aie expliqué la situation.

 

J’ai pu assister à la conférence, mais comme les besoins des déficients auditifs en termes d’accessibilité n’étaient pas connus des organisatrices, je n’ai pas pu comprendre ce que disaient les intervenants. Sauf quand un monsieur qui avait une élocution particulièrement claire a dit que lorsqu’une personne handicapée obtenait un appartement qui ne répondait pas à ses besoins, si elle le refusait, elle risquait de ne pas rester prioritaire pour l’attribution d’un autre logement.

 

Ainsi, il est plus difficile pour les sourds de suivre une conférence que de trouver à se loger !

 

Jean Maurice

 

 

 

 

 

En bref

 

Le film « Marie Heurtin » sort en salles le 12 novembre. Il passe en avant première sous titrée pour sourds et malentendants le 3 novembre à Bron, cinéma Les Alizés, 214 avenue Franklin Roosevelt.

 

– Vous pouvez noter dès à présent les dates suivantes pour 2015 :

 

La Journée Nationale de l’Audition 2015 se déroulera le jeudi 12 mars

 

Notre association organise son stage de lecture labiale les samedi 21 mars et dimanche 22 mars.

 

– Pour notre rencontre du samedi 15 novembre, nous avons prévu une visite guidée au musée urbain Tony Garnier (appartement-musée des années 1930 et quelques murs peints).

 

Tarif : 4 € par personne à nous remettre à l’entrée

 

25 personnes maximum, merci donc de vous inscrire :

 

– soit par mail à Nicole : aldsm69@gmail.com

– soit par un petit mot à Françoise Hostein, 105 rue Duguesclin, 69006 Lyon

 

Nous vous retrouverons à 14h30 précises au local (nous ne pourrons pas attendre les retardataires) ou à 14h45 à l’accueil du musée, 4 rue des Serpollières, 69008 Lyon.  

 

 

 

 

 

Retour sur notre sortie de juin

 

Le 21 juin, nous nous sommes retrouvés avec quelques Grenoblois pour une sortie amicale dans le Vieux Lyon. Après un premier rendez-vous devant la cathédrale St Jean, Nicole notre trésorière nous a servi de guide pour visiter quelques traboules pittoresques. Puis nous avons dégusté certaines spécialités dans un bouchon, Place du Gouvernement.

 

Ensuite, nous avons découvert le petit musée Guignol partie intégrante de la vie culturelle lyonnaise et nous sommes montés à Fourvière par le funiculaire d’où nous avons pu apprécier le superbe panorama sur la ville.

 

Il était déjà temps de repartir après cette belle journée ensoleillée, journée un peu trop courte mais combien sympathique.

 

Colette et Michel

 

 

       

 

 

             

 

 

                   

 

 

 

Photos, Marie- Agnès Cathiard (Grenoble)

 

 

 

 

PROCHAINES REUNIONS :les samedis suivants

 18 octobre à 14h30 : intervention de M. STANKO, président de la JNA

15 novembre : visite au musée Tony Garnier (voir ci-dessus)

20 décembre : traditionnel repas festif au local, à 12h

Prochaines permanences des lundis 14h à 16h : 3 novembre, 1er décembre

 

Posted in Sample Data-Articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.