2011-SO Avril

LA SOURDE OREILLE

____________________________________________________________________________________________________________________________



AVRIL  2011

                                                                                                                                         n° 345 

 

Compte-rendu de notre réunion de mars

 

          Le 19 mars, pour un repas à la Brasserie du Parc, nous nous retrouvons 20 personnes : c’est bien…

          Nous sommes installés à l’étage donc moins de bruit et moins gênés par d’autres clients. L’ambiance est sympathique, chacun choisit son menu : la serveuse, agréable, est un peu dépassée par nos choix, d’où certains changements de plats. L’association offre les cafés puis nous nous quittons vers 14 heures.

          Six personnes se rendent au cinéma Astoria pour voir le film  » ma part du gâteau » et surtout pour faire l’essai de la toute nouvelle boucle magnétique. Ce n’est pas du 100%… Il faut s’adapter et nous réagissons différemment car nos appareils ont des réglages plus ou moins performants.

          Bonne fin d’après-midi tout de même et à bientôt…

                                                                                                     Simone Duroux

 

JNA 2011:

          Comme chaque année pour la journée nationale de l’audition, l’ALDSM fut représentée par Simone Duroux dans les locaux de l’entreprise AG2R où nous sommes toujours bien accueillis. Françoise Hostein participa également l’après-midi.

          Journée riche de rencontres, tant avec les professionnels qu’avec le public.

 

*******************

 

Nous avons appris avec peine le décès, le 11 mars, de Denise SIROU qui fut longtemps une fidèle adhérente. Denise participait souvent à nos réunions : nous garderons le souvenir d’une personne qui, malgré un handicap moteur ajouté à sa surdité, avait toujours le sourire, ne se plaignait jamais.

Elle participait aussi à nos week-end de lecture labiale, activité dans laquelle elle était tout à fait performante. Mais c’est surtout son sens de l’humour que nous retiendrons : lorsque l’orthophoniste nous demandait de trouver un exemple en accord avec l’exercice en cours, Denise trouvait souvent une expression, une phrase,  le « mot pour rire » !

           Que sa famille trouve ici, l’expression de toute notre sympathie.

 

 

Synthèse des premiers résultats de l’enquête nationale sur la détresse psychologique des publics sourds et/ou acouphéniques

 

L’objectif de cette enquête était surtout de mesurer la présence de la détresse psychologique du point de vue des publics concernés, des parents et des professionnels.

Une première analyse des résultats globaux a été réalisée par TNS Sofres. Une analyse plus approfondie sera effectuée prochainement.

 

Remarque : les résultats de l’enquête auprès des professionnels (274 réponses) ne sont pas actuellement communicables.

 

répondants :  2551 personnes : 2083 usagers (82 %) et 458 parents ou  proches (18 %)

       sourds (26 %), devenus sourds (49 %), acouphéniques sans perte d’audition (25 %)

       3/4 des réponses en ligne et 1/4 des réponses sur questionnaire papier

       résultats supérieurs aux chiffres attendus

 

distribution des âges : usagers : tous les âges sont représentés (36 % entre 15 et 49 ans)

                   proches : beaucoup de même représentés (67 % de moins de 34 ans)

 

Souffrance psychologique :

– 48 % des personnes sourdes, malentendantes ou acouphéniques déclarent avoir été en situation de détresse psychologique.

– 60% des personnes sourdes et acouphéniques affirment avoir eu un traumatisme :

                                      perte (rapide ?) de l’audition (voir selon le degré de sécurité)

                   mort d’un proche

                   violences (35 %) : morales ou physiques

– 44% des répondants directement concernés ont déjà penser à mettre fin à leurs jours et 1 sur 5 est passé à l’acte

 

Soins et accompagnement :

– 60 % des répondants déclarent avoir fait appel à un professionnel

– 38 % adressent un centres médicaux psychologiques

– 36 % à France Acouphènes

– 34 % à des hôpitaux ou cliniques psychiatriques.

 

Points d’améliorations prioritaires exprimés

– information et communication : 45 % des réponses

– prise en charge médicale et psychologique : 44 %

– une meilleure formation des professionnels : 25 %

 

L’ensemble des résultats et la synthèse définitive seront présentées lors d’un colloque national, soutenu par la direction de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie)                   qui aura lieu le vendredi 20 mai 2011 à la mairie du 9ème arrondissement de Paris.

Ce colloque servira de prélude à des rencontres au niveau local entre usagers,  familles, professionnels, administrations et collectivités territoriales, dans le but de présenter des propositions collectives.

Des comités locaux d’organisation seront créés pour engager, au plus près des réalités, une réflexion et répondre aux besoins exprimés dans cette enquête.

 

D’après un compte-rendu de Jean-Louis Bosc, vice-président de l’UNISDA

 

En conclusion, il a été dit aussi : « La principale source d’information sur le sujet est constitué par les associations. On compte cependant très peu d’adhérents dans ces associations ». Ce qui amène à se poser la question suivante :

 

Pourquoi est-il difficile de recruter de nouveaux adhérents, devenus sourds ou malentendants ?

 

– mal informés de l’existence des associations

– timides qui ne cherchent pas les contacts

– n’en voient pas l’intérêt

– bien appareillés et ne se sentent pas concernés

– réticents à montrer un handicap invisible

– préfèrent la solitude pour éviter les problèmes de communication

– crainte des quiproquos, des moqueries

– pensent qu’ils se débrouillent bien tous seuls

– trop éloignés 

– ne connaissent pas les moyens de transport en commun pour nous rejoindre

-…..

 

Certaines de ces causes peuvent être aisément contournées, merci à tous de faire connaître les activités et les buts de notre association.

                                                                                                    Nicole Leitienne

 

 

 

Rappels :

·        Samedi 16 avril : Lecture labiale

Nous attendons tous les inscrits au stage de lecture labiale, à 9h, à l’accueil de la maison Saint Joseph, 38 allée Jean Paul II à Sainte-Foy lès Lyon.

 

·        Vendredi 20 mai : visite des coulisses du zoo du parc de la Tête d’Or

           Comme prévu, nous donnons rendez-vous à tous les inscrits devant la porte de la Tête d’Or, à l’angle du boulevard des Belges avec la rue Duquesne et la rue Tête d’Or, à 14h. Nous rejoindrons ensemble notre guide en face du bâtiment des girafes.

             Vous vous en doutez, il n’est pas facile du tout de se garer dans ce quartier. Aussi, nous vous conseillons vivement les transports en commun : métro A, descendre à Masséna puis 5 à 10 min à pieds par la rue Tête d’or, direction Nord (n’oubliez pas la boussole !) ou avec le bus 41.

Il y a aussi les bus 27, 36 et C1 qui ont un arrêt tout près de la porte Tête d’Or.

            Le coût de la visite est de 6 €que vous nous remettrez à votre arrivée. Il y a encore quelques places (les enfants de plus de 6 ans sont admis).

 

·        Nous serons présents au salon Handica à Eurexpo, les 8, 9 et 10 juin 2011.

 

Sortie du samedi 18 juin

*        Repas au restaurant de Fourvière

*        Visite du musée Gallo-Romain

*        Pour ceux qui le souhaitent, promenade à la découverte de la fresque de la Sarra (murs peints en trompe l’œil)

 

Tous les détails seront donnés dans la  « Sourde Oreille » de mai.

 

 

                           Ma surdité

 

           Je suis conscient d’être égoïste en parlant d’elle

comme si elle m’appartenait. D’autres la connaissent,

aussi bien que moi. Des bruits courent à son sujet.

           « Ma » c’est possessif !

           Cependant, il est des possessions auxquelles on

renoncerait bien facilement.

           Alors pourquoi l’évoquer de cette façon ?

           Sans doute par esprit de revanche : je l’ai reçue,

je ne sais pas vraiment comment, alors, je la garde.

           Pourtant, on ne s’entend pas bien, elle et moi.

           Malgré cela je ne peux pas m’en débarrasser,

elle me suit partout. Elle me devance, me dénonce, me

trahit, m’encombre. Elle m’empoisonne la vie, souvent.

           Exclusive, elle n’est rien qu’à moi. Difficile de la

partager, de la délaisser, de l’oublier. Impossible de

l’offrir ou de l’échanger.

           Rares sont les moments où je peux la mettre

en sourdine.

           Me faudra-t-il apprendre à l’aimer ?

           A vivre avec c’est certain.

           Ma surdité.

 

 

Extrait de « Ma surdité ? Non, ça ne se voit pas !  » de Patrick Papin

 

Ce livre-témoignage est très intéressant : outre le fait que beaucoup d’entre nous s’y reconnaîtront, il montre bien toutes les difficultés qu’entraine la surdité dans la vie de tous les jours. Nous vous invitons à le lire.

Pour le commander (10 €, frais d’expédition inclus), écrire à :

Surdi 13, Le Ligoures Maison de la vie associative, place Romée de Villeneuve

13090 Aix-en-Provence

 

 

 

 

PROCHAINES REUNIONS :

Samedi 16 et dimanche 17 avril :stage de lecture labiale à la maison Saint Joseph

Vendredi 20 mai : visite des coulisses du Zoo du parc de la Tête d’Or (voir ci-dessus) et samedi 21 mai, une permanence sera assurée au local.

Samedi 18 juin : sortie de fin de saison (des précisions prochainement)

Permanences : ATTENTION : celle du 2 mai est annulée car le local est en travaux,

    dernière  permanence de la saison le 6 juin.

 

Posted in Sample Data-Articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.