2011-SO Mars

LA SOURDE OREILLE

____________________________________________________________________________________________________________________________


 


MARS  2011

                        

                                                                                                                                                  n° 344 

 

 

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir »

Jean Jaurès

 

 

Hommage à Michelle Bourru

Ancien professeur d’anglais à Lyon, malentendante depuis sa jeunesse, Michèle Bourru est décédée le 4 février à l’âge de 85 ans. Elle fut d’abord enseignante dans un établissement secondaire lyonnais puis, lorsque sa surdité devint trop gênante, elle continua par correspondance : bel exploit d’enseigner cette langue dont les consonnes sont si difficiles à percevoir pour nous, malentendants !

 

                   Adhérente à notre association, dès sa constitution, Michèle fut élue vice-présidente lors de l’assemblée générale d’octobre 1978. Elle occupa ce poste sans discontinuité jusqu’à l’assemblée générale de 1993 où elle devint présidente.

Elle a oeuvré avec opiniâtreté, générosité et efficacité, pour que soit mieux connu le handicap auditif. Elle participait à de nombreuses réunions sur l’accessibilité et n’hésitait pas à effectuer des déplacements à Paris pour participer aux rencontres nationales.

 

                   Elle avait un très bon contact avec toutes les personnes qu’elle rencontrait. Elle accueillait chacun avec gentillesse et simplicité. Nous l’appréciions beaucoup. Préférant favoriser la détente et l’élargissement culturel, elle nous a fait profiter de sa grande culture et des souvenirs photographiques rapportés de ses voyages. Elle animait chaque année une réunion d’entraînement de la mémoire avec des jeux, des discussions sur des sujets variés…

 

Michelle restera dans notre souvenir, une femme de cœur qui a beaucoup donné pour notre association.

 

                                                                                                              Le bureau

 

 

 

 

TEMOIGNAGE

Mes Histoires d’Oreilles

 

En 1957, j’ai 14 ans. Ma mère remarque que j’ai tendance à tendre l’oreille droite lorsqu’on me parle. Intriguée, elle me conduit chez un ORL qui diagnostique une absence complète d’audition de l’oreille gauche. La cause ? D’après lui, une chute d’environ trois mètres que j’avais faite quelques temps auparavant et qui m’ouvrit l’arcade sourcilière gauche. Recommandation du spécialiste : éviter de faire de la plongée sous-marine et tout faire pour garder mon oreille droite intacte.

 

En 1979, suite à un petit problème vasculaire, je vois les images en double (dioptrie)  et je me mets à entendre des bruits très forts et aigus dans mon oreille valide. Ma vue redevient normale au bout d’un mois mais mes acouphènes aigus ne me quittent pas, jour et nuit.

 

Avril 1982, je me réveille un matin avec la sensation de quelque chose d’anormal. Mes acouphènes ont disparu. Je réentends normalement. Miracle ? Est- ce normal ? Je ne sais pas,  mais j’apprécie énormément après trois ans de souffrance auditive. Je peux, à nouveau, me servir du téléphone et écouter de la musique normalement.

 

Février 2004. Dans quelques mois, en Octobre, je serai à la retraite. Mais en ce début d’année, une otite séreuse se manifeste dans mon oreille droite. Les acouphènes et bourdonnements se sont installés, à nouveau. J’entends moins bien et surtout je comprends de plus en plus difficilement. Ma baisse auditive est de 50%. J’ai la maladie de Ménière, sans les vertiges.  Je dois porter un appareil auditif. Ce que je fais début 2005. Mes bourdonnements, sans arrêts, durent trois ans, puis s’espacent de plus en plus. Actuellement, j’en ai de temps en temps, par cycle presque régulier.

 

Février 2010. Je change d’appareil auditif. Ma perte auditive est de 95%, ce qui m’oblige à prendre un contour d’oreille plus puissant afin d’entendre un peu les bruits mais la compréhension est très difficile d’autant plus que les aigus ont presque disparus.

 

Aujourd’hui, je ne réponds plus au téléphone et je ne m’en sers que pour envoyer et recevoir des messages écrits. Je n’écoute plus de musique. Je n’entre plus dans de grandes discussions, n’osant poser des questions et risquer de ne pas comprendre les réponses  et de ce fait, indisposer mon interlocuteur. Je regarde de préférence les émissions sous-titrées de la télévision. Ce que je préfère est la lecture qui me permet d’être dans mon domaine, celui du silence. Ma surdité m’a confirmé le rôle important du silence. Ne plus subir l’agressivité du bruit. Être en paix à l’intérieur de soi.

                         Pour pouvoir communiquer, je pratique la lecture labiale avec une orthophoniste. La lecture sur les lèvres n’est pas chose aisée mais aide à la compréhension. Les personnes de l’association (ADLSM) à laquelle j’adhère, m’aident à me perfectionner et me font partager leur expérience. A leur contact j’accepte plus facilement la difficulté d’être malentendant.

                         Je voudrais que ce témoignage serve à d’autres personnes qui seraient devenues malentendantes. Quelles sachent qu’elles ne sont pas seules dans ce cas, que le meilleur moyen de faire face est de partager leur vécu avec d’autres. Ne pas s’isoler et vivre intensément  tous les instants de la vie avec tous les moyens possibles pour surmonter l’handicap auditif.

 

                                                                                                                             Jean-Claude Berthet

 

Compte-rendu de notre réunion du 19 février

Intervention de Madame Peggy Sartelet

Audioprothésiste à Heyrieux

 

Venue avec de nombreux exemplaires imprimés de son exposé et la possibilité de le projeter au vidéoprojecteur, Peggy Sartelet nous a présenté les types d’appareils qui existent actuellement, y compris les appareils surpuissants dits « power ». Le choix d’un appareil dépend, bien évidemment, du type d’audiogramme et de l’importance de la perte auditive mais également de nombreux paramètres. Dans ce choix, l’audioprothésiste doit privilégier la stéréophonie c’est-à-dire corriger l’audition des deux oreilles en équilibrant leur perception.

Elle nous éclaira également sur la fameuse position T, dont le point le plus important est la possibilité de l’utiliser dans les lieux publics, de plus en plus nombreux à être équipés. Puis elle expliqua la technologie Bluetooth qui permet la transmission du son par ondes radio vers les appareils auditifs et qui ne concerne pour l’instant que quelques émetteurs (télévision, téléphones, baladeurs…)

Elle mit ensuite l’accent sur l’importance des réglages, très différents d’une personne à l’autre. Elle conseille : « ne pas hésiter à revoir l’orthophoniste tant que le son perçu n’est pas confortable » et « s’efforcer de porter l’appareil toute la journée, pour s’habituer et faire en sorte que, petit à petit, son cerveau s’adapte à son nouvel environnement  sonore ».

Conclusion : l’appareillage se modernise régulièrement et améliore la vie du malentendant. Toutefois, les progrès techniques ne remplaceront jamais le contact à établir entre le malentendant et l’audioprothésiste pour trouver le bon compromis entre compréhension, gain et confort, propre à chaque individu.

 

Cette intervention fut très appréciée et nous remercions vivement Madame Sartelet pour la clarté de son exposé, sa disponibilité et sa patience à répondre à toutes nos questions.

 

                                                                                                   Nicole Leitienne

 

PROCHAINES REUNIONS :

 Samedi 19 mars : déjeuner au restaurant

 Samedi 16 et dimanche 17 avril :stage de lecture labiale à la maison Saint Joseph.

 Si vous souhaitez participer, vérifiez que vous vous êtes bien inscrit auprès de Françoise Hostein,    sinon il est encore temps de le faire (voir la dernière page de la SO de janvier)

 Vendredi 20 mai : visite des coulisses du Zoo du parc de la Tête d’Or (voir la SO de février) et  samedi 21 mai, permanence au local

 Permanences : 4 avril, 2 mai, 6 juin.

 

Rappel : samedi 19 mars, rendez-vous à 12h15 à la Brasserie Le Parc,

2 boulevard des Brotteaux, Lyon 6ème (à l’angle du cours Vitton)

Accès : métro A, station Masséna, puis 5 min à pieds

Chacun règlera sa part sur place

 

En bref :

– Utiliserle téléphone est toujours, pour nous malentendants, une source d’anxiété ; « Qui appelle ? Vais-je comprendre ? J’ai une question à poser, mais je risque fort de ne pas comprendre la réponse… ».

               Sachez donc qu’il existe maintenant des téléphones fixes et mains libres, compatibles avec les appareils auditifs, avec de nombreux services dont la présentation du nom, du numéro, la fonction SMS. Ils ont une excellente qualité d’écoute. Les sonneries et le volume dans l’écouteur ont de nombreux réglages.

               Vous pouvez vous renseigner chez Orange, 101 boulevard Vivier Merle-69003 Lyon, en semaine de 9h à 18h30 sauf jeudi de 10h à 18h30 et le samedi de 9h à 12h.

 

–  Le cinéma UGC-Astoria, 31 cours Vitton à Lyon 6ème, a été rénové et s’est équipé de boucles magnétiques dans ses salles 1 et 3. N’hésitez-pas à en demander le branchement pour en profiter, puis nous faire part de votre expérience…

 

Le petit brin d’HUMOUR :

 

         « Dans tous les cas, mariez-vous : si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux ; si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l’homme. »  

                                                                                                  Socrate, Vème siècle av. J-C

 

STAGE ANNUEL de LECTURE LABIALE par l’ARDDS

 

L’ARDDS (Association de Réadaptations et de Défense des Devenus Sourds) organise, en août 2011, à Autun (Saône et Loire) deux stages de formation et de perfectionnement à la lecture labiale :

du mardi 16 au mardi 23 août

– du mercredi 24 au mercredi 31 août.

                   Le programme de chaque stage consiste, le matin, en un cours magistral et des exercices de lecture labiale dispensés par des orthophonistes professionnels ; les après-midi sont consacrés à des échanges entre stagiaires et orthophonistes sur leur vécu et les moyens utilisés pour compenser leur handicap et sortir de leur isolement. En outre, deux excursions en groupe sont organisées, l’une sur un après-midi, l’autre sur une journée complète.

                   Les participants sont logés en pension complète, en chambre individuelle ou en chambre pour deux personnes. Le prix par personne pour l’ensemble, formation, hébergement et excursions, est fixé à 515 € en chambre individuelle avec douche ou en chambre pour deux personnes avec sanitaires complets et à 445 € en chambre individuelle avec lavabo (douche et sanitaires à l’étage).

                   En raison du nombre limité de places, nous vous conseillons d’envoyer très vite votre bulletin d’inscription en indiquant le séjour souhaité et en joignant un chèque de 300 € pour la réservation. Les participants non-membres de l’ARDDS devront établir, en plus, un chèque de 28 € à l’ordre de l’ARDDS (obligatoire). Le solde devra être réglé avant le 15 mai 2011.

 

                                                                               Extrait de la revue « La Caravelle » de l’ARDDS – n°193 janvier 2011

 

 

 

 

 

« ………………………………………………………………………………………………………………..

 

Demande d’INSCRIPTION AUX STAGES d’août 2011 à AUTUN (71)

À retourner accompagnée de votre règlement (chèques à l’ordre de l’ARDDS) à :

ARDDS (inscriptions sessions de lecture labiale)

Maison des associations du XXè arrondissement, 1 et 3, rue Frédérick Lemaître – 75020 Paris

 

Nom : ………………………………………………………… Prénom : …………………………………………………………………………

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Téléphone : ……………………………………….E-mail : …………………………………………………………………………………

Date de naissance (facultatif) :      ………………………….Profession (facultatif) : ……………………………………………………

Session souhaitée :……………………………………..….           Type de chambre souhaité :……………………………….….

Nom du colocataire si  chambre double    : ………………………………………………………………………………………….

Avez-vous déjà suivi des séances de lecture labiale?                          Oui      Non

En individuel     –  en  collectif  :  ………………………………………………………………………………………………………………

Quand et pendant combien de temps         :  ……………………………………………………………………………………………….

Avec la méthode Jeanne Garric ?        Oui     Non        ne sais pas

Nom de la personne à contacter en cas de besoin : …………………………………………………………………………….

N° de téléphone de la personne à contacter en cas de besoin : ………………………………………………………………

 

Posted in Sample Data-Articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.